8. Mäerz

Internationale Fraendag

  • Deutsch
  • Français
Loading Quotes...

7ième revendication de la JIF sur la précarité féminine: Logement

Voici la dernière revendication sur la précarité féminine. Venez toutes et tous demain, jeudi 8 mars entre 12 et 14 heures à la place d’Armes pour la grande mobilisation publique, les chantiers de l’égalité, pour apporter votre « coup de pelle » aux nombreux chantiers en matière d’égalité entre les sexes qui restent encore à travailler !

Logement

Il est impossible de traiter de la précarité sans aborder le problème général du logement au Luxembourg. Problème qui est d’une gravité toute particulière pour les personnes qui sont en situation de précarité.

Les facteurs qui amplifient la situation de précarité des femmes sont multiples. La plate-forme en a abordé plusieurs dans ce document. Pouvoir disposer d’un logement décent est de prime importance.

Jeudi, Chantal s’est présentée pour voir le médecin. Cette Luxembourgeoise de 54 ans, soignée, habillée simplement mais avec goût, habite « chez une copine ». Avant, elle travaillait. Avant, elle payait son loyer. Avant, elle avait une carte de sécurité sociale. Mais après une période de chômage, puis un temps de RMG… la voici dans l’impossibilité de payer son loyer. « J’ai été mise dehors par l’huissier. Et je suis en attente d’un logement depuis. On m’oblige à vivre au Foyer Ulysse pour avoir droit au RMG, mais je ne veux pas, je n’y arrive pas : un dortoir avec d’autres femmes ayant toutes sortes de problèmes… » Chantal a donc préféré rester chez son amie qui l’héberge temporairement.

Cette solution n’est pourtant pas la bonne puisque, depuis cette décision, Chantal ne reçoit plus le RMG. Refusé. Sans revenus, sans adresse et sans protection sociale, Chantal a pu se faire soigner chez Médecins du Monde. Elle y bénéficie aussi d’un soutien psychologique. »

En matière de logement, la plate-forme revendique :

  • la création et la mise à disposition de logements accessibles adaptés au nombre d’enfants pour familles monoparentales ;
  • la promotion de « logements de 2e phase » pour les victimes de violence domestique ;
  • l’augmentation de l’offre de transports publics en général et en particulier en milieu rural où le coût du logement est souvent moins élevé que dans les villes.

JIF2018

Print Friendly